DE L’INCONNU…

1228267146small1.jpg

De l’inconnu qui du futur présage,
De la passion d’un jour ou deux
Lorsqu’en mon cœur mourut le sage
Et me consumant la passion de son feu

Fit de toi l’idylle de mes nuits froides
Et que mon imagination créative
De ses mille voyages et de ses croisades
Amoureuses te consacrât ces randonnées affectives.

Du charme de ta timidité infantile
Qui de la force de sa faiblesse
nourrit mon cœur indocile
Et affamé de ta tendresse

Peut-on échappé au pouvoir de ton charme?
A l’interdit, au défendu que tu incarne?
à cause de ma passion je suis ton esclave
À taire la raison j’ai construit mon enclave.

Publié dans : MEDITATION | le 27 juillet, 2010 |Pas de Commentaires »

POUR CEUX QUI SOUFFRENT

Souffrance

Pour ceux qui souffrent, une prière,
Une pensée pour ceux qui dans le silence
Et la pesanteur du mal qui ronge,
Dans la colère contre la nature impitoyable
Cherchent quelques raisons de vivre.

Dieu si divinement silencieux
Semble s’être renfermé
dans son immensurable éternité
Et le mal a eu raison de la providence sous les cieux
L’homme se meurt, impuissant est Dieu,

Quand le mal ronge, à quoi servent les songes?
Ou puiser la force de lutter. Le monde,
Devenu triste et obscur, sans éclat ni charme
Partout la mort, il ne nous reste que nos larmes.

Dans le mal l’homme se meurt
Du fond de la nuit noire, des pleurs:
C’est l’homme qui se dégénère
Qui embrasse la mort avec cris et peur.

Pour l’homme sans espoir sans Dieu,
Dieu lui aussi est mort,
mort qui cris victoire sous les cieux
Cieux silencieux ou Dieu se fait mort…

Quand le mal ronge, effaçant à la volé tous les songes
L’homme s’effondre, mais avec l’espoir que dans l’autre monde
Une vie moins amère, une existence sans chimères,
Des vallées sans larmes et le repos éternel pour l’âme.

Sans espoir et sans espérance,
Il n’y a ni Dieu, ni vie, ni croyance
Mais L’homme de foi est plein d’endurance,
Et malgré le mal qui tue son corps
Sont esprit demeure sans crainte et fort
Jusqu’au jour ultime, quand l’esprit s’envole et que la corps s’endort.

souffrance

Publié dans : MEDITATION | le 27 juillet, 2010 |Pas de Commentaires »

DE LA DIVINE SENTENCE

Dieu

Lorsque lourd des ses fautes l’homme insensé
S’enfonçant toujours plus dans le mal, à pas lent
Chemine à sa propre perte, toujours reporté
la divine sentence rarement condamnant
Attend patiemment le repentir du condamné.

Trop fier et orgueilleux pour haïr sa faute
Le mécréant, la mort à la vie préférant,
Se fait sourd à la voix de sa conscience, haute
Et forte criant au Dieu miséricordieux et aimant,
Mais plus fort étant le mal, qui en lui fait hôte

L’infâme n’a de bonheur que dans le mal.
Puis quand d’en haut, le Maître de tout
Réclame à cette âme rebelle son bien, pâle,
Obscur, ces ténèbres dont son âme de partout
Recouverte, impuissante à la divine éclat

Vomi le péché pour emprunter la difficile conversion,
La conscience redevient maître.
Et à ce précis instant, oraisons
Et pieuses invocations. Et silencieux le traitre
En lui lutte pour avoir de nouveau préséance.
Mais désormais plus forte, est maître, la voix de la conscience,
Voix divine au plus profond de l’humanité vasciante.

Dieu

Publié dans : MEDITATION | le 27 juillet, 2010 |Pas de Commentaires »

L’ENTRE DEUX…

Déchiré!
Je suis un homme dédoublé déchiré,
fendu, écartelé, éclaté!
Vouloir partir mais demeurer,
je me tiens dans l’entre deux,
O homme écartelé sauras-tu retrouver ton unité?
nul ne t’a obligé pas besoin de te justifier.

Ce n’est pas de l’extérieur
mais du fond de toi, de ton fort intérieur
qu’il te faut rechercher l’équilibre,
cette unité, cette cohérence qui rend libre.

il n’y a pas plus difficile voyage,
il n’y a pas d’autre nécessaire naufrage
que de plonger au fond de soi,
recherchant au plus intime de toi
ce qui libère du flou et dissipe le brouillard.

Accepter le nécessaire déchirement qui te parfait,
l’éclatement qui te recompose,
lève-toi et prend le large, marche
pas après pas vers le large
tu trouveras ta voie,

et ainsi marchant sans partage,
la victoire sur toi même, sur tes peurs et tes doutes,
ces hésitations sans fondement
ne seront que lointain souvenir,
et désormais conquérant tu deviendras toi-même.

Publié dans : MEDITATION | le 29 juin, 2010 |Pas de Commentaires »

LE REFOULÉ

O fantôme de mon conscient
toi le tué qui ne veut mourir,
le rejeté qui reste,
le parti qui demeure présent,
le présent de mon passé,
le passé du défendu,
le défendu en moi refoulé
toi névrose future, victime du coercitif

Toi l’irrationnel qui me rationalise,
l’interdit que je combat,
pulsions repoussées, violences exorcisées,
tu es le combat qui me pacifie
et le travail qui me repose.

Toi l’envers qui me restitue,
le non choix dans mes choix,
tu es plus moi que toi
et je suis plus toi que moi,
toi, le moi que je ne peux être.

Sans toi je ne peux être moi,
et sans moi tu n’est toi,
toi et moi sommes un
toi et moi sommes complet,
toi, désir et tabous que je repousse,
refoulé, tu es l’autre moi qui somnole,

Publié dans : MEDITATION | le 29 juin, 2010 |Pas de Commentaires »

À TOI DES MOTS POUR LE DIRE…

1228267146small1.jpg

Voici ma tendre amie ma pensée, mes émotions, mon affection
Entend, écoute-les non avec l’oreille mais d’avec ton coeur
Rien n’a été jusqu’en ce jour si réjouissant en mon esprit que le doux souvenir de toi
Au-delà du temps qui passe et altère, ton souvenir indélébile est en mon coeur gravé

Crois-moi o douceur de mes jours d’orage et d’amertume,
Ruisseau dans le rude désert de mes errantes pensées,
Un mot, un signe et je suis à toi,
Zen en moi quand je penses à toi.

A toi, l’hôte de mes pensées,
Nous pourrons, si réunis, tellement de choses faire et savourer,
Eterniser meme notre être ensemble,
Lier et celer une amitié, un amour qui ne veut que croitre et maturer,
Immortaliser cet être deux pour ne faire qu’un: o oui, un oui pour la vie.
Sauras-tu jamais lire au plus profond de mon regard le bien que je te veux?
Et comprendre finalement qu’en toi j’ai trouvé âme soeur…
Love

Publié dans : MEDITATION | le 29 juin, 2010 |Pas de Commentaires »

À NOS ACTES MANQUÉS…

Ce qui est fait est fait…
Que peut l’homme après un acte posé?
Revenir en arrière, reculer le temps
Pour réparer son passé?
Nos actes sont indélébiles,
Une fois posés ils ne s’effacent plus.

Mais l’homme doit aller de l’avant,
Affronter l’avenir confiant,
Apprendre des erreurs du passé,
Se libérer du remord qui le tient,
de l’immobilise qui freine son action,
Qui obscurci et qui crée le vague à l’âme.

Apprendre de ses erreurs et toujours aller de l’avant,
Recueillir ses actes manqués et repartir à zéro,
Bien, pas tout à fait, mais reconstruire le présent,
Le présent de son histoire, année zéro…
Exorciser sa colère et se libérer de ses remords,
Les vivants peuvent réécrire leur destin pas les morts

À toutes ces choses que je n’ai pas pu faire,
Ces gestes mal posé, ses actions maladroites,
À toutes ces gens que j’ai blessé, contrarié,
À ces personnes de bonne volonté,
Vous mes ennemis d’un moment…
il n’est jamais trop tard pour mieux faire,
avec un peu de patience, moi aussi je réussirai à vous plaire,

Publié dans : MEDITATION | le 6 juin, 2010 |1 Commentaire »

CRIS INTERIEURS

pentecote2010.jpg
CRIS INTÉRIEURS, LE CŒUR EN PLEUR…

Questionnements intérieures, questionnements du cœur.
Quelle est la meilleure façon de vivre? si ce n’est en homme libre
Mais qu’est ce que la liberté, sans conscience de dignité?
sans horizon et sans convictions?
Pauvres hommes de notre temps, fragilisé et manipulé
ses convictions si facilement émoussées!
sa conversion toujours repoussée
penses-tu ainsi avoir de vie meilleure, d’avenir de bonheur?
ne souffres-tu pas de ta propre haines? n’as-tu donc pas assez de ta propre peine?

Tu ne sais plus aimé, toi homme d’aujourd’hui, homme de ce temps
oh amour! Pourquoi as-tu abandonné l’homme?
frère bonheur et sœur charité ou sont vos arômes?
enivrez à nouveau cet homme d’aujourd’hui et de demain
rendez lui ce qu’il n’est plus, car il suffoque dans ce qu’il croit qu’il est!
un semblant d’homme, un pseudo humain voila ce qu’il est devenu
Oh homme de mon temps!

Ne sais-tu pas qu’en perdant le sens de l’autre tu te perds toi meme?
homme replier sur lui même, homme individualiste, homme moderne sans l’autre
seul avec son chien, son chat, sa souris, son… sans lien humain
homme sans prochain, qui aime plus son chien que son voisin
l’humanité en lui se meurt, il a tout mais il n’est rien
voiture, argent, biens… mais il lui manque l’essentiel
que te manque t-il donc toi qui crois tout avoir?

…..

Publié dans : MEDITATION | le 30 mai, 2010 |Pas de Commentaires »

DITES-MOI…

Passion

Dites-moi je vous prie,
lorsque d’amour épris,
à sa belle l’on ne puis murmurer
le doux sentiment amoureux.
lorsque d’amour rempli
l’on ne puisse, à deux, partager
de doux moments intenses et précieux.

dites-moi je vous-en prie,
s’il est possible, sentiment cachant,
taire la passion qui envahie,
et continuer à vivre insouciant

Dites-moi s’il vous plait,
s’il convient de taire un amour grandissant?
et comment, l’âme en paix,
continuer de vivre aisément.

Publié dans : Poesie | le 2 mai, 2010 |1 Commentaire »

SEUL…

Solitude

Cette absence de présence,
ou la présence de ton absence,
Qui rend mon âme tout aride
C’est comme être sans être là.
Je veux te sentir là, et non là-bas,
Le souvenir de toi si confus et dissipé
Me fait plus que jamais ta présence désirée,

Ô solitude morose,
Avec toi la vie n’est point de rose
La mienne désormais est psychose
S’ébranlant pour peu de chose…

20060624213117seul2.jpg

Publié dans : MEDITATION | le 12 avril, 2010 |Pas de Commentaires »
123

Publications Patrice Gros-S... |
Litteratures Negro Africain... |
NewsNora |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | That's just the way it is
| Revue et visitée
| respiration